Articles vedettes sur les modes de vie sains

Partager email Courriel
Imprimer

ARTICLES VEDETTES SUR LES MODES DE VIE SAINS

Le contenu est à jour au moment de la publication.

La pollution de l’air et votre cœur

La pollution de l’air et votre cœur

La pollution de l’air et votre cœurVous avez arrêté de fumer il y a des années, vous mangez bien (vous connaissez même le contenu en sodium de chaque dernière bouchée), vous surveillez votre poids, vous pouvez donner votre tension artérielle comme vous le faites avec vos numéros de téléphone et tout dernièrement, vous faites du jogging. Vous faites tout ce que vous pouvez pour la lutte contre les maladies du cœur, vrai?  

Vrai, en général. Récemment, des scientifiques ont appris au sujet d’une nouvelle menace à notre santé cardiovasculaire : la pollution de l’air. C’est vrai, l’air pollué que nous respirons pourrait contribuer au développement de maladies graves – y compris les maladies du cœur et les AVC, les principales causes de décès chez les hommes et les femmes au Canada. 

Cela peut être une surprise pour vous. À vrai dire, un récent sondage de la Fondation a trouvé que seul 13 % des Canadiens et Canadiennes étaient au courant du lien entre la santé du cœur et la qualité de l’air. Mais le fait est que la pollution de l’air, comme fumer, représente un très grand risque à la santé.

En grande partie, comme la fumée secondaire, la pollution de l’air constitue une menace à la santé. Une exposition, à court et à long terme à la pollution de l’air, a estimé avoir causé 21 000 décès prématurés au Canada en 2008, ainsi que 11,000 hospitalisations.

Les crises cardiaques, l’insuffisance cardiaque et l’accident vasculaire cérébral, constituent une estimation de 42 à 69 % de décès et 60 d’hospitalisations liés à une piètre qualité de l’air.

Lorsque nous respirons, nous aspirons des particules de pollution de l’air qui sont transportées dans les poumons où, déclare le Dr Stephan Van Eeden, chercheur à la Fondation des maladies du cœur, elles produisent une inflammation des tissus pulmonaires. « Cette inflammation se répand dans la circulation sanguine et enflamme les vaisseaux sanguins, ce qui permet au cholestérol et aux autres substances de s’accumuler facilement, une condition connue comme athérosclérose, une des principales causes des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux. »

Qu’est-ce que la pollution de l’air?
Les spécialistes l’appellent pollution de l’air, mais pour la plupart d’entre nous, c’est le smog – un mélange toxique de l’ozone de la basse atmosphère et de particules en suspension dans l’air, aussi appelé « matière particulaire. » Ce sont ces particules qui sont la plus grande menace à la santé, déclare le Dr Van Eeden. « La partie de la pollution de l’air qui est la plus notable à l’infarctus du myocarde (crise cardiaque) sont les particulaires, » il déclare. L’ozone aggrave simplement la réaction inflammatoire.

Ces particules sont rejetées de nombreux endroits : des tuyaux arrières d’échappement des voitures, des cheminées industrielles et même des cheminées résidentielles. C’est vrai : tandis que les foyers électriques et au gaz sont convenables, la fumée de bois est un polluant important. En fait, selon une étude par Environnement Canada, utiliser un poêle à bois pour seulement neuf heures, produit autant de fines particules de pollution qu’une voiture émet pendant un an. Et puisque le bois est une source de chaleur dans 3 millions de foyers canadiens, c’est un gros problème – si gros, en fait, que la Ville de Montréal a proposé de bannir les appareils à chauffage au bois.

La bonne nouvelle est que les Canadiens et Canadiennes ont maintenant une nouvelle arme à brandir dans la lutte contre les maladies du cœur et l’accident vasculaire cérébral : La Cote air santé (CAS), créée par Environnement Canada et Santé Canada, comme un outil de protection pour la santé, la CAS est une ressource en ligne qui fournit des rapports horaires sur la qualité de l’air et des prévisions des niveaux de pollution de l’air pour plus tard dans la journée.

En utilisant une échelle d’un à 10 – l’échelle de la CAS indique lorsque les niveaux de pollution sont les plus hauts, vous permettant de prendre des décisions réfléchies à savoir comment protéger votre santé et celle de vos êtres chers. Plus haut est le numéro, plus grand le risque à votre santé.

Pourquoi est-ce important? Parce qu’il aide chacun d’entre vous à décider du meilleur temps à être actif en plein air. Planifier une marche rapide avec un ami ou une amie? Vérifier la Cote pour déterminer lorsque les niveaux de la pollution de l’air sont les plus bas. Faire une randonnée à bicyclette avec les enfants? Se reporter à la CAS afin de limiter leur exposition au smog.

« La CAS est un outil précieux pour faire des choix réfléchis au sujet de votre santé, » déclare Stephen Samis, directeur de la politique de la santé de la Fondation des maladies du cœur du Canada. « Nous encourageons tout le monde de la vérifier régulièrement pour évaluer le meilleur moment pour les activités de plein air telles que prendre une marche, ou amener les enfants au parc. »

La CAS n’est pas tout simplement un autre numéro sur une échelle. Au même titre qu’un classement numérique, la Cote fournit un niveau de risque (bas, modéré, élevé ou très élevé) et des messages sur la santé pour la population générale et ceux et celles considérés à risque – à savoir les gens qui ont des problèmes cardiaques sous-jacents, des problèmes respiratoires et les personnes âgées.

Actuellement accessible à Halifax, St. John, la Ville de Québec, Ottawa, la région du Grand Toronto, la Vallée de l’Okanogan, Kamloops, Quesnel, Prince George, Vancouver, la Vallée du Bas-Fraser, Nanaimo/Parksville et Victoria, Environnement Canada prévoit fournir des relevés à tout le pays dans un proche avenir. Tout ce que vous devez faire c’est d’entrer en communication sur le site web airhealth.ca et trouver votre ville. La CAS vous donnera tout ce dont vous avez besoin de connaître pour planifier votre journée – sans pollution de l’air.

Ce que vous pouvez faire afin de réduire et limiter votre exposition à la pollution de l’air :

  • À long terme, nous devrons tous et toutes trouver des façons de couper les émissions. Cela signifie d’appuyer des initiatives d’énergie propre et « fabriquer des voitures qui ne rejettent pas toutes ces particules, » déclare le Dr Van Eeden. Cela signifie aussi de réduire notre consommation d’énergie. 
  • Laisser la voiture à la maison et utiliser le transport en commun, vos pieds ou la bicyclette. 
  • Pour les activités d’extérieur telles que des marches rapides, du jogging, des randonnées à bicyclette en famille, loin des artères principales, en choisissant au lieu des parcs et des rues paisibles. « Il y a de nombreuses études cherchant ce que les gens faisaient deux heures avant un infarctus du myocarde aigu (crise cardiaque), » déclare le Dr Van Eeden. « Un nombre important d’entre eux étaient assis dans la circulation. » En d’autres mots, est votre respiration est aussi important que quand. Ce conseil est particulièrement pertinent si votre exercice est vigoureux. Le plus rapidement vous respirer, le plus de particules de pollution sont déposées dans vos poumons. 
  • Et, tout comme vous allez en ligne pour consulter les prévisions météorologiques, consultez votre CAS régulièrement pour savoir quand limiter votre exposition à la pollution à court terme.


comments powered by Disqus