Partager email Courriel
Imprimer

Signes avant-coureurs de l'accident vasculaire cérébral (AVC)

Un accident vasculaire cérébral constitue une urgence médicale . Reconnaître les signes avant-coureurs et réagir immédiatement à leur apparition en signalant le 9-1-1, a une incidence considérable sur les chances de survie et de rétablissement.

Quels sont les cinq signes d'un AVC?

Un AVC peut être traité – c’est pourquoi il est si crucial d’en reconnaître les signes avant-coureurs :

Faiblesse - Perte soudaine de force ou engourdissement soudain au visage, à un bras ou à une jambe, même temporaire.

Trouble de la parole - Difficulté soudaine d’élocution, de compréhension ou confusion soudaine, même temporaire.

Trouble de la vision - Problème de vision soudain, même temporaire.

Mal de tête - Mal de tête soudain, intense et inhabituel.


Étourdissements - Perte soudaine de l'équilibre, en particulier si elle s’accompagne d’un des autres signes.

Si vous ressentez l’un ou l’autre de ces signes, composez immédiatement le 9-1-1 ou appelez votre numéro d’urgence local. Il est possible que les ambulanciers vous transportent vers un hôpital qui offre des soins spécialisés en AVC, même si pour cela, ils passent devant un hôpital plus proche. Ils pourront également appeler l’hôpital et les informer de votre arrivée. Ces minutes sont cruciales, car le tPA (anticoagulant) doit être administré le plus tôt possible le cas échéant.

À l’hôpital, si le diagnostic est un AVC causé par un caillot, les médecins peuvent administrer le tPA. Ce médicament peut réduire la gravité d’un AVC et inverser les effets uniquement s’il est administré pendant les quelques heures critiques qui suivent l’apparition des symptômes.* Par conséquent, il est primordial d’être en mesure de reconnaître les signes avant-coureurs et d’appeler immédiatement le 9-1-1 ou le numéro local des services d’urgence.

* En 1999, Santé Canada a approuvé l’utilisation du médicament anti-caillot tPA moins de trois heures après l’apparition des symptômes. Depuis, de nouvelles données démontrent que le tPA pourrait être efficace jusqu’à 4 ½ heures après les premiers symptômes. Ainsi, la Fondation des maladies du cœur et de l’AV a mis à jour les Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l’AVC afin de tenir compte de ce nouveau délai de traitement. Mais il revient encore aux médecins de l’urgence de déterminer à quel moment le tPA peut être administré ou s’il convient à la situation.

 



























 

Dernière revision en août 2013 2013
Modifié pour la dernière fois en juillet 2014